la-maison-connectee Après le multimédia, la sécurisation de l’habitat est le deuxième secteur concerné par l’Internet des objets: sécurité des personnes (télésurveillance, caméras…) et des biens (alarmes anti-intrusion ou alarmes techniques de détection des fumées, fuites de gaz ou d’eau…). Connectés, ces dispositifs permettent de garder un œil sur la maison et informent sur les événements, à distance et en temps réel. Ainsi, un détecteur de fumée connecté avertit à distance par une alerte sur smartphone, alors qu’un détecteur de fumée basique n’alerte que les occupants dans la maison.

 

SURVEILLANCE ET SÉCURITÉ

Pour la sécurisation de la maison lors d’absences prolongées, il est possible de simuler une présence en donnant à distance des ordres aléatoires à la radio, aux ouvrants, à l’éclairage… La caméra connectée permet de veiller à distance et de rassurer les enfants seuls à la maison, les personnes fragiles, de faire intervenir des prestataires extérieurs pour le suivi des personnes âgées ou handicapées (télésanté). La maison connectée est un outil efficace pour le maintien à domicile, car elle est évolutive et permet d’assigner de nouvelles fonctions selon les besoins et le mode de vie de l’occupant, sans engendrer de lourds travaux.  Dans le secteur de la sécurité des personnes âgées, le sol connecté, développé par Tarkett, détecte les chutes grâce à des capteurs placés sous le revêtement de sol en sous-couche, et déclenche une alarme pour prévenir les secours. Utilisé dans les établissements accueillant des personnes âgées, il pourrait convenir également pour l’aménagement de salles de bains des seniors.

LE CONFORT THERMIQUE

Le pilotage à distance, plus simple à utiliser et plus intuitif qu’une programmation, permet d’obtenir un confort thermique optimal tout en réduisant les consommations d’énergie. Monter le chauffage une demi-heure avant de rentrer, allumer les lumières extérieures juste en arrivant à la maison et l’éclairage intérieur avec l’ouverture du portail, assurent bien-être et confort au quotidien sans faire grimper les factures grâce à une utilisation “juste en temps”. Alternative dédiée au chauffage, sans possibilité toutefois d’associer d’autres fonctions, le thermostat connecté a tout son intérêt avec des générateurs de chaleur anciens, sans programmation. Avec les équipements récents, il peut remplacer les programmations complexes des équipements. Son avantage indiscutable est la simplicité d’utilisation par une application téléchargée sur le smartphone. « C’est mieux pour les économies d’énergie et pour le confort qu’une programmation mal ou pas utilisée », . Les thermostats connectés sont capables d’apprentissage des modes de vie et définissent la température en fonction des heures de la journée ou de l’occupation, grâce à un détecteur de présence. Reliés à des sondes ou des stations météo, ils adaptent la température intérieure aux événements extérieurs (soleil, nuages, pluie…). Les économies d’énergie peuvent atteindre jusqu’à 30 % des consommations. Toutefois, « une chaudière ne doit recevoir qu’un seul ordre » soit par son propre thermostat, soit par un thermostat connecté qui agit en automatique ou par des ordres donnés par l’utilisateur sur son smartphone. Si la chaudière reçoit des ordres de différentes sources, il y a risque de conflit entre le calculateur de la chaudière et le thermostat. En outre, il faut éviter les alternances marche-arrêt intempestives, qui font baisser le rendement, et les cycles courts de relance de la chaudière, qui en réduisent la durée de vie. La majorité des thermostats connectés ne sont pas compatibles, actuellement, avec des radiateurs électriques, mais il existe des radiateurs électriques connectés. En plus du pilotage des équipements, la possibilité de visualiser à l’écran les consommations d’énergie, en temps réel ou en cumulé, peut inciter l’utilisateur à mieux gérer ses consommations et à supprimer les inutiles, telles que les veilles.

UNE COMMANDE INTÉGRÉE OU À DISTANCE

Depuis plusieurs décennies, la domotique automatise et associe des fonctions jusque-là dissociées (fermeture de l’éclairage, des volets, baisse du chauffage…). Grâce aux scénarios déjà imaginés avec la domotique, plusieurs équipements réagissent sous l’action d’une seule commande intégrée au bâti (interrupteur). Ce niveau de confort a évolué avec la commande à distance, via la télécommande, qui évite de se déplacer, puis via le smartphone qui offre la possibilité de pilotage depuis l’extérieur de la maison. La bascule de la domotique vers la maison connectée s’est faite avec les interfaces qui permettaient de piloter à distance et via smartphone . Cette capacité, qui libère des gestes quotidiens fastidieux, devient une aide précieuse pour limiter les déplacements ou réduire les efforts physiques pour les personnes fragiles. Elle participe ainsi au maintien de l’autonomie à domicile.