Le choix d’une prestation de rénovation globale apporte

une vision d’ensemble à un projet de rénovation.

 

Entreprise générale de bâtiment

La rénovation globale comment ça se passe ?

D’abord, il ne faut pas confondre avec un bouquet de travaux ou chaque entreprise intervient indépendamment l’une de l’autre, sans véritable concertation ni vue d’ensemble. La rénovation globale est une prestation de rénovation qui concerne plusieurs lots de travaux réalisés par une entreprise unique, appelée « contractant général » . Avantage vous n’avez qu’un seul interlocuteur pour la totalité des travaux, de la conception jusqu’à la réception.  Le contractant général raisonne sur le projet dans son ensemble pour cibler de manière cohérente les travaux à réaliser : par exemple, changer de générateur de chauffage à l’occasion de l’isolation et de l’aménagement des combles, en prenant en compte pour le dimensionnement de ce nouvel équipement la surface habitable supplémentaire et les gains thermiques consécutifs à l’isolation.

Quel sont les travaux concernés ?

Les travaux d’embellissement ou d’agrandissement sont l’occasion d’améliorer la performance thermique de la maison. Un projet d’agrandissement, par exemple , pose forcément la question du chauffage de cet espace supplémentaire, tandis que le ravalement d’une façade peut être l’occasion d’isoler le bâti par l’extérieur. Le jeu en vaut la chandelle car l’amélioration de la performance thermique est un levier pour réduire sa facture de chauffage et donner de la valeur à son patrimoine immobilier. C’est pour cela que la rénovation globale intègre le plus souvent le lot isolation, chauffage ou  ventilation. « Pour une rénovation globale avec un volet performance énergétique, complémentaire à un embellissement ou un agrandissement, il faut compter un enveloppe de démarrage de 25000€. Au dessous, on aura tout au plus une juxtaposition de deux lots techniques. Le budget moyen d’une rénovation globale varie de 30000€ à 70000€, annonce Nicolas Ribière, président de Céquami, organique certificateur de référence en maison individuelle. Cette prestation est accessible à toute typologie de construction, de la ferme du XVIII siècle au pavillon des années 80.

Ou s’arrête la prestation ?

Le contractant général apporte une expertise technique et s’engage, dans un devis détaillé, sur la qualité des travaux, un prix ferme ( la maçonnerie doit être prise en compte si un percement de mur est à prévoir pour l’électricité, par exemple) et un délai. La prestation peut aller jusqu’à l’accompagnement aux démarches administratives (dépôts d’un permis de construire dans le cas d’un agrandissement, par exemple)  et financière (informations sur les aides disponibles, voire préparation du dossier). Certaines entreprises se proposent même de constituer votre dossier destiné à la banque ce qui peut s’avérer utile, notamment pour bénéficier de l’éco-prêt à taux zéro. Dans le cadre de cette prestation globale, le contractant général vous informera par ailleurs sur le déroulement de la phase de travaux, notamment pour envisager le devenir de l’habitation (restant habitable ou non) pendant le chantier.

Quel est le profil du contractant général ?

Il existe deux profils : groupement d’artisan ou constructeur de maisons individuelles. Dans le premier cas, les artisans qui se regroupent font émerger une nouvelle raison sociale ou choisissent une de leur raison sociale comme porteuse des autres. C’est cette entité juridique, avec laquelle est signé le contrat unique, qui est votre seul interlocuteur et responsable de tous les travaux. Dans le second cas, on retrouve le modèle de l’entreprise générale qui sous-traite les lots mais engage sa responsabilité pour la totalité des travaux. Tous profils confondus, il existe aujourd’hui dix-sept entreprises certifiées NF Habitat qui assurent une mission de contractant général. Elles totalisent un peu plus de 700 points de vente en France.

Quelle est la différence avec la prestation d’un architecte ?

L’architecte, rémunéré forfaitairement ou au pourcentage des travaux, possède un pouvoir de négociation et de médiation avec les entreprises. Vous devez signer un contrat avec chacune d’entre elles. La responsabilité de l’architecte dépend du contrat.  Elle ne s’applique pour les travaux que s’il a une mission de suivi du chantier.

Par ou commencer ?

Un diagnostic de performance énergétique (DPE) de votre logement vous permettra d’établir des priorités : à titre d’exemple dans une maison construite avant 1975, 20 à 30 % des déperditions de chaleur se font par les combles ; ensuite viennent les murs donnant sur l’extérieur (20 à 25% des déperditions), les fenêtres (10 à 15%). Des travaux ciblés se traduiront à coup sûr par des économies d’énergie, un meilleur confort thermique (homogénéisation de la température), ainsi qu’une amélioration appréciable de l’étiquette énergie de votre bien. Attention, le prestataire qui réalisera ce DPE doit bénéficier d’une accréditation du Cofrac.

Quelle énergie de base choisir ? 

Votre maison est elle raccordée à un réseau de gaz ou à un réseau de chauffage urbain ? Votre abonnement électrique permet-il le raccordement d’une pompe à chaleur (PAC) sans augmenter la puissance souscrite ? Disposez-vous d’un jardin pour installer un capteur pour Pac géothermique ?

Votre choix se fera en fonction des réponses à ces questions et à bien d’autres encore ! Une chose est sûre : il faut penser votre système de chauffage dans sa globalité. Par exemple si vous optez pour une PAC en lieu et place de votre ancienne chaudière, mais que vous conservez vos radiateurs en fonte, il faudra porter votre choix sur une PAC haute température, capable de produire une eau de chauffage supérieur à 55 degrés. Vous pouvez également opter pour une nouvelle chaudière (Gaz, fioul, bois bûches, plaquettes ou granulés).Quant à dire quelle énergie est la plus compétitive, bien malin qui pourrait le garantir de manière fiable et pérenne ! Ainsi, le bas prix du fioul est régulièrement considéré comme l’ennemie numéro un des combustibles renouvelables (bois) ! Ces derniers en revanche ont au moins l’avantage d’avoir des cours relativement stable. Et choisir le bois d’énergie, c’est faire un geste en faveur de l’environnement !